[Bio] Heishiro Mitsurugi

#21
fenrir974 a dit:
RDDK: musashi fait belle et ben partit de l'histoire du japon et si tu tape sur wikipédia, ou quelque autre moteur de recherche tu verras que tout ses éxploit ne sont pas que des ont-dit.
Ce n'est pas parce qu'il a existé que reprendre ce qu'il a écrit c'est pareil que exposer des faits historiques. Pour cela, il aurait fallu que tu me racontes une histoire avec de l'action, des dates et tout...


Opûs a dit:
Un gendarme fait parti du corp militaire mais ca a en rien la meme maniere de faire, etc..j aurai du dire un menuisier et un charpentier, tout les deux travaillent le bois donc.. c est pareil Oo ?
C'est juste que tu n'as pas choisi les bons mots ^^
tu aurais dû comparer le Gendarme avec le soldat de l'Armée de terre, de l'Armée de l'air ou encore de la Marine nationale... Ce sont tous des militaires si tu vois ce que je veux dire (un gendarme est un militaire mais un charpentier n'est pas un menuisier...)

Mais tu as raison, j'avais quand même compris :icon_mrgreen:
 
#22
Son grand-père était un très bon escrimeur et son seigneur Shimmen Iganokami, en récompense, il lui permit de porter son nom de famille. C'est pourquoi Musashi a signé le Traité des Cinq Roues du nom de Shimmen Musashi. Le père de Musashi était connu sous le nom de Munisai ou Muni. Pour des raison obscures, peut-être à cause de la jalousie qu'il avait suscitée autour de lui, Munisai s'éloigna de l'entourage du seigneur Shimmen et se retira dans le village de Miyamoto-mura situé aux alentours. Il semble que Musashi y soit né et ce serait là l'origine du surnom qui lui fut donné : Miyamoto Musashi.

Son père mourut alors qu'il était âgé de 7 ans. Selon une légende qui semble sans fondement, Miyamoto Musashi se serait moqué de son père escrimeur et aurait fini par l'impatienter. Ainsi un jour que Munisai était occupé à se tailler un cure-dent, à bout de patience il lança son couteau en direction de Miyamoto Musashi qui l'esquiva de la tête. Encore plus furieux, Munisai aurait lancé une seconde fois son couteau en direction de son fils. Mais Musashi sut l'esquiver à nouveau. Hors de lui, Munisai l'aurait chassé de son foyer, ce qui le contraignit à passer son enfance sous la tutelle de son oncle, moine et propriétaire d'un monastère.

Il combattit en duel et tua pour la première fois à 13 ans (contre Arima Kihei en 1596). Âgé de 17 ans, il participa à la bataille de Sekigahara (1600) qui vit la victoire de l'armée de Ieyasu Tokugawa suite à la mort de Hideyoshi Toyotomi. Engagé dans le camp des perdants, il fut laissé pour mort sur le champ de bataille. Jusqu'à l'âge de 29 ans, il participa à une soixantaine de duels, la plupart avec un sabre en bois (bokken) alors que ses adversaires avaient de vrais sabres (katana). Son dernier duel (le plus fameux) eut lieu le 13 avril 1612 contre l'autre plus grand escrimeur du Japon, Kojirō Sasaki, qu'il vainquit sur l'île de Fuma grâce à un long bokken, taillé dans une rame du bateau qui l'y amenait. Il arrêta ensuite les duels, puis fut chargé du commandement d'un corps d'armée du seigneur Ogasawara et participa au siège du château de Hara en 1638, lors de la révolte des chrétiens menés par Shirō Amakusa. À l'âge de 59 ans (1643) il part pour le mont Iwato, situé près de Kumamoto, où il s'installe dans la grotte de Reigan-dô ("Grotte du Roc-Esprit"). Il y dispose une table basse, et le 10 du dixième mois commence à rédiger Gorin no shō.

Il créa une école d'escrime (ryū) nommée tout d'abord École des deux sabres (Niken ryū), puis École des deux cieux (Niten ryū), mais ayant un style hors du commun (utilisation simultanée de deux sabres, l'un court, l'autre long) et peu d'audience auprès de l'empereur, son style ne perdura pas. Son école est aussi appelée Hyōhō Niten Ichi Ryū (le hyōhō signifiant stratégie est un enseignement capital dans son école)

Aujourd'hui son école existe toujours et est assurée par une lignée de maîtres qui descendent directement des disciples de Musashi. Cette école est la Hyōhō Niten Ichi ryū (Première École des Deux Cieux).

On retrouve également plusieurs écoles dans le monde au suffixe Niten Ichiryu mais elle n'entretiennent officiellement aucune sorte de lien d'héritage avec Hyoho Niten Ichiryu[réf. nécessaire]

Gorin no shō [modifier]
Musashi Miyamoto tuant un nue, peint par Utagawa Kuniyoshi (1798-1861).

Il est l'auteur d'un ouvrage de stratégie, le Gorin no shō [1], écrit à l'âge de 60 ans, traduit en français par Livre des cinq anneaux ou Traité des cinq roues. Vers la fin de sa vie, il médita et fit une introspection sur son passé et son expérience ; il en déduisit que les principes qu'il avait mis en œuvre dans son art martial (duels) pouvaient aussi être mis en œuvre non seulement en stratégie militaire (affrontement de masse) mais aussi dans tous les domaines. Les « cinq anneaux » ou « cinq cercles » font référence aux cinq étages des monuments funéraires bouddhiques (gorintō) qui représentent les cinq éléments de la tradition japonaise. Le livre comporte donc cinq chapitres :

* Terre : Musashi explique ici les grandes lignes de sa tactique et pour rendre plus accessibles ses explications il la compare au métier de charpentier.
* Eau : Musashi expose une méthode destinée à se forger soi-même physiquement ou spirituellement. Il explique comment conserver la vigilance de l'esprit, le maintien du corps, des yeux, comment tenir un sabre et s'en servir, la position des pieds, etc. Tout ce qu'il écrit se fonde sur sa propre expérience, acquise tout au long de sa vie à force de combats et d'exercices menés sans relâche pendant de nombreuses années. Ce qu'il écrit n'est pas le fruit de son imagination, et chacun peut en tirer profit pour soi-même quelque soit le genre de vie que l'on ait.
* Feu : Musashi explique la tactique à appliquer dans le simple duel et dans les grandes batailles. Musashi pense que les mêmes règles les régissent.
* Vent : Critiquant les caractéristiques des autres écoles, Musashi fait ressortir l'esprit philosophique de son école Niten.
* Vide : Un énoncé de l'idéal du samouraï ; la notion de vacuité en tant que but à atteindre est un thème récurrent dans les budō et l'aboutissement de la tactique de Musashi peut se résumer en un mot : Vide. Le Vide est comparable au firmament purifié de tous les nuages de l'égarement.

A 60 ans, Musashi écrivit en quelque sorte son testament au travers du Traité des Cinq Roues, deux ans plus tard, sentant sa fin approcher, il écrivait, le 12 mai 1645 :

La Voie à suivre seul

* Ne pas contrevenir à la Voie immuable à travers les temps.
* Éviter de rechercher les plaisir du corps.
* Être impartial en tout.
* N'être jamais cupide durant toute la vie.
* N'avoir aucun regret dans les affaires.
* Ne jamais jalouser autrui en bien ou en mal.
* Ne jamais être attristé par toutes séparations.
* N'éprouver aucune rancune ou animosité vis-à-vis de soi ou des autres.
* N'avoir aucun désir d'amour.
* N'avoir aucune préférence en toutes choses.
* Ne jamais rechercher son confort.
* Ne jamais rechercher les mets les plus fins afin de contenter son corps.
* Ne jamais s'entourer, à aucun moment de la vie, d'objets précieux.
* Ne pas reculer pour de fausses croyances.
* Ne jamais être tenté par aucun objet autre que les armes.
* Se consacrer entièrement à la Voie sans même craindre la mort.
* Même vieux n'avoir aucun désir de posséder ou d'utiliser des biens.
* Vénérer les bouddhas et divinités mais ne pas compter sur eux.
* Ne jamais abandonner la Voie de la tactique.

Deuxième année de Shoho, le 12 mai (1645) Shimmen Musashi.

L'enseignement de Musashi peut se ramener à neuf principes

1. Éviter toutes pensées perverses
2. Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
3. Embrasser toutes les arts et non se borner à un seul
4. Connaitre la Voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi-même
5. Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
6. En toute choses, s'habituer au jugement intuitif
7. Connaitre d'instinct ce que l'on ne voit pas
8. Prêter attention au moindre détail
9. Ne rien faire d'inutile


bon ben la tu as des dates et des faits... :icon_mrgreen: (c'est du copier collé) par souci d'honnêteté je tien à le préciser.
 
#23
Roudoudouk a dit:
Oui, il avait une grosse bosse sur la tête comme SonGoku et c'est pour ça que les deux ont beaucoup de cheveux !! :icon_lol:
En fait c'est pire : un furoncle :icon_mrgreen:

Roudoudouk a dit:
...
Donc qu'est-ce qu'un Samourai??? :icon_mrgreen:
À noter que Musashi était passé maître dans le lancer de couteau (et autres), on peut donc y voir un côté ninja...

Enfin on peut aussi ajouter qu'il était un peintre et un sculpteur d'exception, calligraphe, menuisier (donc architecte/urbaniste aussi par la même occasion), forgeron, paysagiste (vous savez les jardins), poète, enseignant, écrivain (traité des cinq roues)...

Tout ça pour dire qu'il est bien évidemment injuste de comparer Mitsurugi (un personnage d'un jeu vidéo réputé pour son absence de scénario et d'histoire) et l'un des personnages historique les plus passionnants de tous les temps. Mitsurugi est clairement inspiré de Musashi, ça ne va pas plus loin.
 
#24
olooolll Fenrir depuis le tps que je vois tes post sur jeuxvideos.com je savais pas que t'etais fan du japon ancestral,moi aussi mais autant Musachi que Nobunaga,Yukimura et bien d'autres mais mon samurai favori reste Kojiro Sasaki
je trouve ca sincerement dommage qu'il n'aie pas mis un Kojiro Sasaki dans SC
je l'aurais bien vu dans un long kimono rouge vif avec son nodachi (sabre long servant a frapper depuis le haut d'un cheval)
cela dit j'aime beaucoup la rival de Mitsu: Setsuka elle est salement stylée mais je pense pas qu'il creeront un 3eme samurai pour SC (deja qu'il parait que SC4 sera peut etre le dernier de la serie)
remarque que le japon feodal regorge de gros samurai bien balaize qu'ils auraient aussi bien pu prendre pour SC mais si on les met tous dedans c'est plus SC ca devient Samurai Warriors (lol)
sinon t'as raison pour le mec qui dit que Mitsu est inspirer de Kenshin,lol rien que de part sa corpulence Setsuka ressemble plus a Kenshin que Mitsu XD
ya qu'a faire un comparatif:
Mitsu: grand balaize viril + ou - barbu,rempli de muscle avec une grosse voix virile
Kenshin: petit et maigre,imberbe dont la voix est doublée par une femme: CQFD

desole je reponds a des vieux post mais je suis nouveau sur le forum lol
sinon Fenrir un tit combat quand tu veux ^
 
#25
je tiens à préciser queque chose, il faut savoir qu'à partir d'une certaine époque (c'est à dire à partir du règne des shogun Tokugawa (1600-1868), les ninjas se battaient en plein jour avec une armure de samuraï et tout l'attirail qui allait avec (ils ont d'ailleurs participer au massacre des chrétiens à Shimabara, sous cette forme armure de samuraï) donc en clair comme dit Fenrir974 l'habit ne fait pas le moine et donc Yoshimitsu peut bien être un ninja à l'armure de samuraï (d'ailleur autre ajout de fenrir974, les ninja (shinobi) et les samuraï (bushi) avait une philosophie des arts martiaux bin contraire et donc bien différente (par exemple un samuraï n'avait pas le droit à de faits spectaculaires comme les ninja ce qui largement confus dans les jeux vidéos, les films, les manga, les anime et autres aussi) puis pour mitsurugi on peut parler de kabuki-mono en plus d'un rônin qui était des samuraï excentrique aussi bien dans la tenue que dans le comportement et qui ne suivait pas forcément les preceptes du bushido (Maeda Keiji est d'ailleurs le plus connu d'entre eux)
 
#26
Suigetsu a dit:
les ninjas se battaient en plein jour avec une armure de samuraï et tout l'attirail qui allait avec (ils ont d'ailleurs participer au massacre des chrétiens à Shimabara, sous cette forme armure de samuraï
Si je me souviens bien, Musashi Miyamoto a aussi participé au massacre des Chrétiens à Shimabara. C'est lui qui dirigeait les troupes !!
En fait, les ninjas et les samourais étaient copain-copain (?) :D

Suigetsu a dit:
un samuraï n'avait pas le droit à de faits spectaculaires comme les ninja
Haha... :icon_lol:
 
#27
oui tu as raison il ya participé en temps que commandant dans l'armée des Ogasawara. Il devint par la suite instructeur des Hosokawa de Kumamoto en 1640 rt se retire de la carrière militaire pour s'adonner à une vie d'ermite en quelque sorte en 1643 jusqu'à sa mort 1645

mais détrompes toi les samurai n'étaient en aucun cas copain avec les ninja même si certains samuraï avait participé à des missions shinobi (exemple : Yagyu Munenori), si ils collaborés ce jour-là c'est bien par obligation puisque la famille TOKUGAWA avait accordé beaucoup d'importance aux ninja, mais ela ne veut pas dire que, à part le shogun, le reste des samurai aimaient pour autant les shinobi
 
#29
XD entre autre oui ^^

mais c'était des cas rares e si toi en temps que samurai tu faisais des missions de shinobi ça devait être secret, que l'on ne sache rien à propos de tes actions sinon c'était la honte et le déshonneur et dans ce cas le seppuku

un daïmyo (seigneur de guerre) pouvait très bien te demander de lui rendre service, une mission secrète dans le genre espionnage ou assassinat (bien que l'on donnait aussi c'est mission au samurai mais c'était en pleine rue que se déroulait l'action) et fallait donc que tu es des aptitudes de ninja lol
 
#31
Salut, mieux vaut tard que jamais j'ai lu en partie votre discussion et j'en profite pour vous donnez quelques informations complémentaire pour que vous vous situez bien dans le contexte de l'époque
pour cela deux choses a distinguer l'époque sengoku et l'ére edo qui commence apres la bataille de sekigahara en effet l'ere edo est beaucoup plus paisible que l'ere sengoku il faut que vous sachiez aussi que concernant les ninja c'était tout simplement des paysans qui faisait leur mission afin de gagner leur vie c'est d'ailleurs pour cela qu'il cachait leur visage afin d'eviter des represailles des temoins de leur actes les differents clan ninja viennent tout simplement du fait qu'ils etaient issus de régions différentes

Je voulais également vous rapeller le pouvoir qu'avait le samurai durant l'epoque sengoku et au debut de l'ère edo si un paysans avait eu le malheur de bousculer l'epaule ou le corps du samurai alors le samurai avait le droit de le pourfendre sur le champ vous devez bien saisir le fait qu'un samurai avait le droit de vie et de mort d'ailleurs dans les villages il n' y avait pas d'armes pas de lames car elles etaient reservées a la classe des samurai, la seule arme que les paysans pouvaient utilisé c'était un couteau relié a une chaine elle meme accroché a une pierre au milieu du village et dont les paysans se servaient pour couper la viande. d'ailleurs vous remarquerez que de nombreux arts martiaux ont vu le jour a cause de ces situation ou les combats etaient inegaux c'est à dire qu'il n'était pas rare qu'un samurai armé de son sabre veuille tuer un paysan il ont develloper des technique de combat pour resister et se battre si aujourd'hui certains systeme de competition montre des combats ou les touches sont au nombre de 3 ce n'est pas un hasard c'est que si le samurai reussisait a porter ne serait ce que 3 coup a son adversaire ce dernier se serait vu depourvu d'un menbre ou bien perforé et meme decapité.

il est inutile de vous rappeler que le samurai avait une connaissance parfaite de l'anatomie humaine et des différents point vitaux qui pouvait si il etait touché provoqué une violente hémoragie qui aurait entrainée dans les secondes qui aurait suivies la mort du paysan les samurai etaient egalement censer connaitre les bugei happjutsu les 18 techniques martiales utilisées en combat il s'agissait de l'art du sabre kenjutsu ou encore du cheval bajutsu de la lance yari ou bojutsu du combat a main nu jujitsu etc donc un samurai n'était pas n'importe qui il avait une determination sans limite aussi pour ceux qui ont lu le gorin no sho et qui s'interresse a la voie du guerrier je vous invite a lire le livre qui traite de l'histoire des 47 ronins ou l'on interroge la question du devoir du bushi a cette epoque
 
Haut